« Territoires en mouvement et mouvement des clubs » Le forum SportColl

Affiche Forum SportColl

La 4e édition du forum SportColl, créé en 2017, se déroulait le mardi 4, mercredi 5 et jeudi 6 février en parallèle de l’Open Sud de France.

Organisé par : 

  • Samir BOUDJEMAA, Directeur général TV Sport Events
  • Bruno LAPEYRONIE, Commissaire Général du forum SportColl
  • Edouard BACHELOT, Responsable commercial SportColl
  • Marjolaine GRANDGIRARD, Chef de projet SportColl

La journée du mercredi était dédiée à l’implication des territoires dans la pratique sportive. 
L’équipe Comiti était présente à l’Atelier “Territoires en mouvement et mouvement des clubs” animé par Clément Lopez, chargé d’enseignement chez Université Paris XI (Politiques publiques et sport). 

Il s’agissait de rappeler la réorganisation qu’a subie le mouvement sportif depuis la réforme territoriale. Plusieurs mesures ont été mises en place comme par exemple la création de l’Agence Nationale du Sport, anciennement CNDS, ou encore la fusion des régions en 2015 qui a obligé la fusion des ligues. Nombreuses sont les adaptations imposées au mouvement sportif et qui impactent notamment les associations sportives.

Cet atelier réunissait 4 intervenants : 

  • Denis LAFOUX, Directeur général de la Fédération française des clubs omnisports
  • Nicolas ROUQUAIROL, Directeur de la mairie d’Agde 
  • Fabrice RENOIR, Manager de la société BAUDIN CHATEAUNEUF
  • Elie PATRIGEON, Directeur général du Comité Paralympique et sportif français

Chacun abordait le développement de la pratique sportive et la nécessité d’implication des territoires pour favoriser son expansion. 

Photographie Atelier SportColl

Denis Lafoux a débuté son intervention en évoquant le rapport étroit entre l’évolution des modes de consommation du sport et les changements dans le secteur associatif sportif

Face à une hausse du nombre de sportifs, on a assisté à une diversification des pratiques. Aujourd’hui, les pratiquants ne veulent plus considérer le sport comme une activité physique et mentale mais plutôt comme un plaisir physique libérant l’esprit. C’est ainsi qu’on parle dorénavant de pratique libre, de loisir sportif ou même de spectacle sportif. Nicolas Rouquairol a d’ailleurs insisté sur le nombre croissant de pratiquants hors des structures fédérales mais aussi sur les personnes ayant davantage tendance à pratiquer seuls. Selon lui, pour fidéliser les pratiquants il faut aménager les lieux d’accueil. Il est aussi nécessaire de répondre aux nouveaux besoins et donc de favoriser la création d’équipements en accès libre. 

Néanmoins, le sport encadré reste très important. Les clubs sportifs ont cherché des solutions pour être à l’écoute de leurs adhérents et proposer une évolution de la pratique. Ils se sont aussi vu dans l’obligation de se structurer et de se commercialiser pour pouvoir se développer tout en gardant le caractère social que véhicule l’exercice sportif. Bien que la pratique sportive se veut légère et libre, l’impact des associations sportives est conséquent. Leurs engagements sociétaux sont aujourd’hui plus forts. 

Représentant les clubs omnisports et leur fédération, Denis Lafoux appuyait leur approche globale des territoires grâce à la multiplicité des sections qui les composent. Ils se structurent autour d’un projet associatif et cherchent à se professionnaliser et pérenniser les emplois au sein d’un espace en évolution.

Dans notre article sur l’implication des collectivités territoriales, en date du 10 juilet 2019, nous évoquions l’implication des collectivités et l’augmentation des missions des établissements publics de niveau intercommunal.

Le discours du président de la fédération des clubs omnisports est similaire aux actions de l’OMS (Office municipal des sports). Il cherche à améliorer les relations et à rapprocher les collectivités et les associations sportives.

La pratique du multisport est fondamentale. Comiti, solution de gestion de club en ligne, agit en sa faveur en proposant la possibilité de créer différentes sections et de rassembler toutes les particularités de chaque association et de chaque sport. Nous considérons d’ailleurs que le modèle omnisports est particulièrement vertueux car il permet de faire évoluer la pratique sportive en fonction de l’âge tout en restant engagé dans son club. 
C’est pour cela que nous nous adaptons et vous guidons dans le développement de votre club. Conscients que le financement peut être problématique pour une association à l’heure où les subventions publiques diminuent considérablement chaque année, nous vous aidons également en ce sens.

Si vous souhaitez en savoir plus, contactez-nous :

  • contact@comiti-sport.com
  • 04 67 59 30 28

En évoquant la pratique, il est inévitable de s’intéresser aux équipements sportifs. Fabrice Renoir, représentant de la société “Baudin Chateauneuf”, groupe de construction d’équipements sportifs, est intervenu sur ce point. Il rappelait la fragilité à laquelle les clubs étaient soumis lorsqu’ils devaient faire réhabiliter leurs équipements, ce qui impliquait souvent de long travaux et parfois la fermeture du club sur une certaine période. C’est en ce sens que les politiques territoriales et les Fédérations devraient s’articuler pour veiller à une optimisation de l’accès aux clubs. Fabrice Renoir sollicitait même l’ANS pour qu’elle mette en place un financement pour les clubs afin de les accompagner lors des phases de transition pendant les travaux

Les équipements sportifs sont beaucoup plus que des simples lieux d’accueil. Ils sont des lieux de vie pour les pratiquants et participent activement au développement de la pratique sportive. 

La territorialisation des politiques publiques a aussi été évoqué par Elie Patrigeon, directeur général du Comité Paralympique et sportif français. Il ajoutait aussi la nécessité d’une articulation des politiques sociales liées au handicap et des politiques sportives. Les collectivités doivent se spécialiser pour tout d’abord favoriser la pratique handisport. Sur les 12 millions de personnes handicapées en France, 50% d’entre eux n’ont pratiqué qu’une fois en 1 an une activité sportive. Les collectivités doivent aussi répondre à des problématiques sportives plus générales comme la crise du bénévolat (voir notre article sur le bénévolat) ou l’évolution des demandes des pratiquants

Pour Elie Patrigeon, les Jeux Olympiques 2024 et toutes les mesures visant à favoriser la pratique sportive sont une réelle occasion de se réunir et d’échanger pour agir en ce sens.

Comiti partage cet avis. Notre objectif est de favoriser la pratique territoriale pour impacter le sport à plus grande échelle et la pratique sportive en générale.